Sur les libelles de la première modernité

Ce carnet vise à diffuser un projet de recherche collectif sur les libelles de l’époque moderne. Depuis plus de 30 ans désormais, ces écrits voient la fin du discrédit relatif qui les affectait jusque là (perçus comme dépourvus d’intérêt esthétique par les littéraires et comme des documents peu fiables par les historiens). Qu’on le comprenne au sens restreint d’écrit pamphlétaire ou au sens très large de « petit livre », le mot évoque le temps qui va de la Ligue à la Révolution, en passant par les régences pour minorité (1610-1614, Fronde, régence de Philippe d’Orléans), tant ces publications réactionnelles se multiplièrent alors par dizaines de milliers. Ces écrits ne documentent pas seulement les crises qui les ont suscités, mais sont eux-mêmes « scansions de l’action » autant qu' »écho ou commentaire » de celle-ci (Jouhaud, Mazarinades. La Fronde des mots) : « l’écrit cessa pour un temps d’être un segment du réel historique pour en devenir le corps et le cœur » (Richet, préface, ibid.).

Ce statut particulier de l’écrit intéresse aussi bien la connaissance du monde de la librairie et du commerce de l’imprimé, des formes du pouvoir dans ses liens avec la littérature, ou encore des circulations discursives en contextes polémiques. Un séminaire mené entre 2018 et 2022 et un colloque en 2021 permettront de rassembler les travaux de plusieurs chercheurs sur le sujet. Un volet numérique est associé, qui réfléchit à la visualisation et à l’exploitation de ces documents, qui demandent à être construits en corpus et à être finement situés pour être pleinement exploités.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search