Sur les libelles de la première modernité

Ce carnet vise à mettre en commun les avancées de la recherche sur les libelles. Depuis plus de 30 ans désormais, ces textes voient la fin du discrédit relatif qui les affectait jusque là (perçus comme dépourvus d’intérêt esthétique par les littéraires et comme des documents peu fiables par les historiens). Qu’on le comprenne au sens restreint d’écrit pamphlétaire ou au sens très large de « petit livre », le mot évoque le temps qui va de la Ligue à la Révolution, en passant par les régences pour minorité (1610-1614, Fronde, régence de Philippe d’Orléans), tant ces publications réactionnelles se multiplièrent alors par dizaines de milliers.
Il s’agit de faire avancer la connaissance sur ces corpus multiformes, à travers trois pôles : un séminaire pluridisciplinaire dont les contenus seront partagés sur le carnet ; une base de données en cours de constitution (numérisation et édition de Mazarinades) dont les étapes successives seront postées sur le carnet ; l’annonce et le résumé de travaux individuels sur le sujet, que ce soit en littérature, en humanités numériques, en analyse du discours ou en histoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.