Sur les libelles de la première Modernité

Ce carnet rend compte d’un projet de recherche collectif (2018-2023) sur les libelles de l’époque moderne. Depuis plus de trente ans désormais, ces écrits voient la fin du discrédit relatif qui les affectait jusque là (perçus comme dépourvus d’intérêt esthétique par les littéraires et comme documents peu fiables par les historiens). Qu’on le comprenne au sens d’écrit pamphlétaire ou au sens très large de « petit livre », le mot libelles évoque le temps qui va de la Ligue à la Révolution, notamment  les régences pour minorité (1610-1614, Fronde, régence de Philippe d’Orléans), tant ces publications réactionnelles se multiplièrent alors par dizaines de milliers. L’écrit, relayé par la diffusion orale (criée des colporteurs, chansons de rue, rumeurs, etc.), fait partie constitutive de l’action politique dans ces périodes de crise, où toutes les franges de la société sont impliquées.

Ce statut particulier de l’écrit intéresse aussi bien la connaissance du monde de la librairie et du commerce de l’imprimé, des formes du pouvoir dans ses liens avec la littérature, ou encore des modalités de circulations discursives en contextes polémiques. Un séminaire mené entre 2018 et 2022 et un colloque en 2021 sont en cours de publication (dans Pratiques et formes littéraires 16-18, et dans Littératures classique). Un volet numérique, consacré aux “mazarinades”, propose une bibliothèque numérique rassemblant la plus grande partie des libelles parus pendant la Fronde, avec des ressources pour les contextualiser : http://antonomaz.huma-num.fr