Argumentaire

Depuis plus de 30 ans désormais, les libelles voient la fin du discrédit relatif qui les affectait jusque là (perçus comme dépourvus d’intérêt esthétique par les littéraires et comme des documents peu fiables par les historiens). Qu’on le comprenne au sens restreint d’écrit pamphlétaire ou au sens très large de « petit livre », le mot évoque le temps qui va de la Ligue à la Révolution, en passant par les régences pour minorité (1610-1614, Fronde, régence de Philippe d’Orléans), tant ces publications réactionnelles se multiplièrent alors par dizaines de milliers. Ce colloque fait suite à un séminaire mené sur la question des libelles en 2018-2019 (https://libelles.hypotheses.org/). Il est apparu que ces imprimés de grande diffusion à visée politique bénéficient d’une approche transversale sur une vaste période (16e-18e siècles) ainsi que d’une approche interdisciplinaire, c’est pourquoi nous avons rassemblé littéraires, historiens, historiens de la langue, et conservateurs de bibliothèque.


Plusieurs questions traverseront les communications :

  • La question de la définition du « libelle », objet mouvant s’il en est, défini tantôt du point de vue matériel, tantôt comme forme majeure de l’écriture polémique sous l’Ancien Régime, mais dont on sait que les réalisations concrètes compliquent souvent les présupposés définitionnels.
  • Les liens entre littérature et libellistique. Replonger certains écrits canonisés dans le bain de libelles qui les a entourés permet sans doute d’en saisir autrement la portée, de voir les enjeux polémiques qui les traversent, ou d’examiner combien certains mots ou formules ont formé dans l’écrit de circonstances leur sens spécifique et leur force.
  • Les avancées récentes dans la constitution de bases bibliographiques et de bases de données numériques étayeront l’approche en termes de corpus : quel est l’apport des humanités numériques pour l’exploration, sinon l’édition, de telles masses textuelles ? Quel est le gain des méthodes orientées vers la fouille de données pour mettre en relation des textes qui ne se comprennent qu’en réseaux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.